jeudi 5 juillet 2018

Peña Rueba - Make (enfin !)


190m / 7a (6b/6c obl.) / (e)

Maxime et Ivan

Matériel : corde à double de 50m, 20 dégaines, sangles pour les relais, 2 étriers par grimpeur.
Accès : route de Aguero, puis prendre la piste à droite à la borne "2". La suivre en prenant la direction de Peña Rueba (il faut tourner une fois à droite) jusqu'à ce qu'elle passe à proximité avec quelques emplacements pour se garer sur le côté (Pour le retour, la piste continue vers Murillo).
Approche : 30 mn en suivant un sentier cairné et bien marqué.

Impressions : Superbe voie, originale, à l'ambiance unique ! Par contre, c'est difficile... Les deux premières longueurs se font en A0, ensuite il faut grimper, les pas sont obligatoires et c'est bien, même si cela provoque quelques sueurs... froides ! Il y a beaucoup de franchissements de bombés avec de l'escalade type "bloc". Le caillou demande de l'attention par endroits, nous avons "cassé" quelques prises de pied ou de main.
Le franchissement du toit est tout simplement grandiose ! Dès le départ de la voie, on attaque le ventre un peu noué, impressionné par cette masse de roche qui nous surplombe, mais dès que l'on est dans l'action, la concentration est telle que les appréhensions s'envolent. En effet, les deux premières longueurs, en A0, demandent beaucoup d'application, de l'organisation, tout cela afin de ne pas se mettre dans le rouge.
L3, initialement cotée 6b+, vaut largement 6c (peut-être un peu plus), surtout sur le passage du dernier bombé où quelque prise de pied semble manquer (une tache claire témoigne d'un changement d'aspect de la roche).
Le 7a de L4 est long, c'est une succession de bombés semblant toujours un peu plus déversants au fur et à mesure que l'on prend de la hauteur. Pour ma part, il m'a fallu régulièrement m'arrêter pour récupérer afin de m'engager dans la suite avec une chance de réussite (ça grimpe fort entre les points).
Dans L5, l'escalade change d'aspect, terminé les bombés, place à un mur un peu plus "plat" ! Lichen et cailloux friables imposent d'être là encore très attentif.
Nous nous attendions à un combat (que nous voulions), nous avons été servi... Mais une fois arrivé au sommet, quel bonheur !
C'est une voie équipée qui en impose, une ligne vraiment originale.




Dans L1

Dans L1

R1

L2, grandiose !

Le départ de L3 en 6c

L3 vue depuis R3

Début de L4, déjà une pause pour récupérer !

Dernier bombé de L4 (7a)

La fin de L5 (6b)

Retour par la via ferrata

La récompense, dans un verre givré... quel bonheur là aussi !

lundi 18 juin 2018

Anso - Andromeda

400m / 6c (6a obl.) / (e)


Bernard et Ivan

Matériel : 19 dégaines, sangles pour les relais, corde à double 50m
Accès : depuis le camping de Zuriza (voir topo ci-après) prendre la piste qui part vers l'Est. Se garer au parking après 3km.
Approche : depuis le parking de la piste, suivre le GR11. Après une première puis une deuxième grange, quitter le GR11 pour prendre un autre sentier indiquant "Alano" et Achar de Alano". Enfin quitter le sentier pour traverser la raillère en obliquant à droite jusqu'au pied de la face. Compter 1h15
Dans la voie : compter environ 5h30 à 6h00
Descente et retour : 3 rappels équipés permettent de descendre côté sud. Rejoindre ensuite le "Paso de Chandalan" pour retrouver le sentier de descente. Compter 1h30.

Impressions : Difficile de qualifier cette voie. Sur le papier, la photo du topo présente une ligne fort prometteuse, les cotations annoncées le sont tout autant. La voie est équipée par Sueño Vertical, nous savons que l'équipement sera abondant.

La première longueur nous rappelle qu'il y a souvent un socle au rocher douteux à gravir avant d'atteindre le début de la belle escalade. La deuxième longueur également; puis la troisième... puis la quatrième... Nous faisons un peu de tire-clou pour éviter de faire partir des cailloux, la roche est très fracturée.
La 5ème longueur est meilleure, la 6ème est enfin une longueur plus agréable et l'escalade devient intéressante, le 6b+ y est difficile à négocier (à noter : dans L6, nous avons laissé R6 pour faire le relais après la traversée à gauche jusqu'à un relais de rappel, plus confortable pour la suite)
L7 offre une belle fissure en 6b+, assez courte, moins difficile qu'il n'y paraît au premier abord.
Les 3 longueurs suivantes nous rappellent le rocher douteux du socle, sans intérêt. Les quelques difficultés ont été passées au tire-clou pour les mêmes raison que dans les premières longueurs.
Enfin, les 3 dernières longueurs nous ramènent dans une réelle escalade de montagne, très agréable, évoluant dans un enchevêtrement de gros blocs, dans un bon rocher. Le dièdre de sortie (trop court !) est magnifique.
Je dirais que la voie offre moins d'une centaine de mètre d'escalade intéressante, le reste se passant dans un rocher très douteux où le premier doit évoluer avec d'infinies précautions afin de ne pas risquer de faire tomber de pierres.
Pour conclure, n'oublions pas de préciser que cette escalade se déroule tout de même dans un cadre somptueux : celui de la vallée de Anso ! Même s'il y a quelques points négatifs, l'ambiance est réellement à la hauteur, les marches d'approche et de retour sont de belles petites randonnées.
Les preuves en images :

Accès

 Topos trouvés sur internet

 Le départ

R2

Départ de L3

L4

L5

Le haut de L5

L6 : un 6b+ pas évident

L6

Dans L6

La traversée à gauche, d'un relais (R6) à l'autre

Le relais préféré à R6

L7, un beau 6b+

L8, un rocher à nouveau douteux

L10, sans intérêt

L10

R10, depuis L11

L12

R12

R12, depuis le dièdre de sortie L13

Paso de Chandalan




mercredi 13 juin 2018

RIGLOS / Cuchillo / Vía de las Madres + sortie Endrija


185m + 40m / 6b+ / (e)

Ivan et Bernard

Matériel : 12 dégaines, sangles pour les relais, corde à double 50m
Accès : Depuis le village de Riglos (10mn).
Descente : - Descente normale : côté Nord du Cuchillo, rappels jusqu'à une main courante câblée ramenant à la face du Cuchillo, rappels jusqu'au pied.
                   - Descente après la sortie Endrija : rejoindre le haut de la Visera (remontée à l'aide d'une chaîne) puis sentier jusqu'au pied.

Très belle voie réservant des surprises ! L'équipement est très bien mais demande un peu de recherche par moments : dans L2, je me suis retrouvé à chercher mon chemin ne trouvant pas le goujon suivant; continuer à gauche ? Remonter tout droit ? A gauche, mauvaise pioche, je reviens sur mes pas; je vais droit au-dessus m'assurant que je peux désescalader si besoin... ouf ! C'est le bon chemin, le coquin était caché dans un creux ! Bref, c'est une voie équipée pas trop dure mais qui demande de l'attention et de la prudence. Le caillou est très bon dans les longueurs en 6b et 6b+, assez douteux le reste de la voie mais cela n'est pas gênant, l'escalade est belle et agréable.
Mention spéciale pour L5 en 6a+ : longueur totalement déversante, voir surplombante, menant à l'arête droite du Cuchillo, superbe ambiance !
Pour le retour, après le premier rappel dans la cheminée, nous avons récupéré la sortie de la voie Endrija (6a) menant au sommet du Mallo Enmedio. Une longueur en 6a de toute beauté, suréquipée (1 point sur 2 suffit largement), très bien pour compléter la Vía de las Madres.
Belle journée pleine de soleil, contrastant avec les crues en Béarn (voir photos suivantes...)


Le Viaduc d'Escot


Cascade au Portalet

Le soleil de RIGLOS !

L1 en 6a

L2 en 6a+

L3 en 6b

Sortie de L4

L5 en 6a+

Sortie de Endrija

Sortie de Endrija

Remontée de chaîne

Sommet du Mallo de Enmedio