dimanche 18 février 2018

Riglos / Aguja Roja / Buenaventura



120m / 6b+ / (e)


Matériel : 16 dégaines, sangles pour les relais, corde à double 50m
Accès : suivre la piste depuis le village de Riglos passant au pied des Mallos Pequeños (20mn).
Descente : côté Nord de L'aiguille en 3 rappels équipés.
Non Nico ! T'as pas fait ça ?
Eh oui...
Il l'a fait...
Arrivés à Bedous, demi-tour, il a oublié ses chaussons d'escalade... ça arrive...
Quelques heures plus tard (non, j'exagère), le soleil est au rendez-vous à Riglos, mais le vent aussi. Il fait froid; 2 à 4 degrés ressentis. Nous partons au soleil, en face Sud de la Aguja Roja, à l'opposé du souffle du vent pensons-nous. Nous souhaitions partir dans la voie El Barbas y El Villareto, 6b+ max. Nous sommes au pied de l'Aiguille avec une autre cordée qui envisage de partir dans la Sureste Clasica a la Aguja Roja.
Non ! Elle n'a pas fait ça ?
Eh oui...
Madame (ou Monsieur) a oublié le baudrier de Madame... ça arrive...
Heureusement, Monsieur a un ami dans le village qui pourra le dépanner.
De notre côté, nous tirons à la courte-paille, c'est moi qui commence. Je pense que cela arrange Nico (c'est juste de la mauvaise volonté de sa part). Nos paires d'yeux scrutent notre départ. La voie est censée être équipée, nous n'avons que des dégaines. Nous cherchons désespérément des goujons, des "points" comme l'on dit. Il y en a un là-haut ! Il faut compter au moins une dizaine de mètres, avec un départ semblant fort difficile en dévers (6b+ annoncé). Ouf ! un point plus bas... mais c'est une espèce de vieille plaquette, toute fine, toute petite. Nico me dit qu'elle ne semble même pas assez grande pour y rentrer une dégaine. Je suis quasi d'accord avec lui. Cela ne fait pas envie. Nous décidons rapidement de partir plus à droite, vers Buenaventura. Bonne pioche côté équipement, ici c'est plus moderne.
Cette voie s'est avérée très sympa. Le 6b+ de L2 est court mais teigneux, très bien équipé. Le 6a+ de L3 part sur 40m homogènes. Le 6b de L4 est superbe, vraiment pas difficile, homogène avec de bonnes "patates". Un régal.
Pour finir, une fois revenus au pied de la voie, nous avons fait la première longueur de la voie située juste à droite : Prames. 35 mètres dont les 30 premiers en dévers dans un 6b "conti", sans repos. Très beau mais très dur. Heureusement, l'entrainement au "Mur"* a porté ses fruits, nous n'avons pas pris de but malgré une saison pas encore commencée et un froid mordant. Merci le Mur !
Décidément, cette Aguja Roja, quel que soit son versant, réserve de bonnes surprises.
Voici quelques photos :
(*) Le Mur : salle d'escalade située à Oloron Sainte Marie (lemuroloron.com)




Aguja Roja, en plein milieu

 Au départ de la voie

 Dans L1 en IV+

 Dans L2 en 6b+

 Le haut de L2

 Dans L4 en 6b


 Dernière longueur en V

 De bons relais pour la descente

 Rappels côté Nord







 Il fallait que la corde tombe sur la seule branche...

Nico tricote

Retour à la réalité à la sortie du tunnel





dimanche 19 novembre 2017

Canfranc - Pared de la Sagüeta - Sendero Limite I et II

Sendero Limite I - 120 m / 6a+ (V oblig.) / (e)
Sendero Limite II - 120 m / 6a (V oblig.) / (e)
Voie ouvertes en 2015 par Luis Royo et Julio Benede.

Cette modeste paroi d'une centaine de mètres située au-dessus de Canfranc et orientée S-E propose 4 jolies petites voies se déroulant dans un cadre magnifique. Ce jour-là, en compagnie de Stéphane B., nous avons parcouru 2 de ces voies et ce fut un véritable plaisir. Chacune de celles-ci, après un raide ressaut de base pas si facile que cela mais dont les difficultés ne sont pas obligatoires remonte de magnifiques dalles inclinées sur un très beau rocher dans un niveau ne dépassant pas le V+. Ces voies étant entièrement équipées, l'ambiance est très relaxante et de ce fait, elles constituent un terrain idéal pour celui qui veut faire en toute sécurité ses premiers pas dans des itinéraires de plusieurs longueurs. Du fait de son orientation, et malgré son altitude relativement élevée (1 450 m environ), il faut noter qu'il doit y faire rapidement très chaud. Bref, un endroit idéal pour de fraîches journées mais sûrement à éviter lors de périodes de grandes chaleurs.

Matériel : une corde à double de 50 m et 12 dégaines suffisent mais avec une corde à double de 60 m, c'est encore mieux car il est possible de redescendre en 2 rappels au lieu de 4 ce qui procure un gain de temps non négligeable.
Equipement : les 2 voies sont entièrement équipées de parabolts et de cordelettes.  

Accès : depuis Canfranc, suivre la route en direction du col du Somport puis, très vite, prendre à droite une déviation qui mène à l’hôtel Santa Christina. Dépasser l'hôtel et suivre la route jusqu'à un virage en épingle où l'on peut garer la voiture dans un parking bien visible à droite.

Approche : depuis le parking, suivre la route qui ramène sur la route principale. Franchir la glissière de sécurité et emprunter sur 300 mètres la route principale en direction de Canfranc. A un moment donné, repérer sur le bord droit de la route une vague sente équipée d'une corde fixe.  Remonter la corde fixe puis suivre un sentier évident qui mène rapidement au pied de la paroi (compter 15 à 20 minutes au total).
Retour : du sommet des voies (relais final commun), le plus commode est de descendre en rappel par la voie Sendero Limite II (4 rappels de 30 m ou 2 rappel de 60 m). A noter qu'il est aussi possible de descendre à pieds depuis le sommet des voies en suivant un sentier.

Description des itinéraires :
Sendero Limite I
L1 (25 m) : remonter un mur raide (6a+ ou A0/V) puis sortir plus facilement (IV+). A noter que le passage de 6a+ est très difficile en libre et qu'il vaut sûrement plus (6b+ ?). 
L2 (30 m) : longueur facile en IV+ sur de très bonnes prises.
L3 (35 m) : longueur en dalle en V un peu plus fine que la précédente.
L4 (30 m) : début en dalle sur de très bonnes prises (IV) puis suivre un petit dièdre (IV+) afin d'arriver à R4 
Sendero Limite II
L1 (25 m) : quelques mètres à gauche de Sendero Limite I, surmonter un mur raide (6a bien dur) puis remonter une belle dalle en V.
L2 (30 m) : très belle longueur en dalle assez fine sur la fin. Contrairement à ce qui est mentionné sur le topo, cette longueur nous a paru un peu plus facile que le 6a annoncé (V+).
L3 (35 m) : encore une très belle longueur en dalle et fissure également en V+.
L4 (30 m) : début en V puis terminer très facilement (IV) pour rejoindre le relais de la voie Sendero Limite I

Stéphane B. et Stéphane

Schéma d'accès à la paroi (réalisé par Sendero Limite).

Le topo des voies (réalisé par Sendero Limite).
Dans L1 en 6a+ de Sendero Limite I.

Stéphane B. en tête dans L2.


Un beau passage en V non loin de R3.


Du sommet de la voie, belle vue sur le massif du pic d'Aspe. 


Passage en 6a bien athlétique au départ de Sendero Limite II.
Le terrain se couche avant R1.
Dans L2 en V+.
Dans la très belle L3 en V+.
Départ de L4.

Dans L4.





dimanche 8 octobre 2017

Pena Ezkaurre - Estel

430 m - 6b (V+ oblig.) - (se)
Voie ouverte en 2007 par Antonio G. Picazo, Juan Aguilar, Manolo de la Sierra et Victor Tardio.

Magnifique voie en excellent rocher parcourant le flanc E de la Peña Ezkaurre. L'itinéraire se décompose en 2 parties ayant des caractères bien différents. La première partie, qui rejoint en 4 longueurs l'arête E par son flanc gauche est très raide et concentre les principales difficultés et la seconde partie qui suit un éperon incliné à droite de l'arête E est beaucoup plus facile et se déroule dans une ambiance plus relaxante.

Matériel : corde à double de 50 m, 12 dégaines dont quelques longues pour éviter le tirage dans certaines longueurs, un petit jeu de coinceurs, 3 ou 4 friends moyens et quelques sangles.
Equipement : la voie est pratiquement équipée (spits, pitons et quelques cordelettes) mais certains points sont parfois éloignés notamment dans les zones faciles ce qui nécessite la pose de quelques coinceurs et friends. Tous les relais sont équipés mais dans le début de la seconde partie de la voie, l'itinéraire étant parfois assez difficile à suivre avec précision, il se peut que l'on ne trouve pas où que l'on passe à côté d'un relais.   

Accès : depuis Oloron, passer la frontière au col de La Pierre Saint-Martin, descendre la vallée puis avant Isaba prendre à gauche la direction d'Anso et suivre la route jusqu'au col d'Argibiela où on laisse la voiture (compter 1 h 45 depuis Oloron).

Approche : depuis le col emprunter le sentier de la voie normale de la Peña Ezkaurre. Au bout de 15 min de marche, bifurquer à gauche au niveau d'un cairn et suivre un bon sentier qui mène en 30 minutes au pied de l'arête E. Arrivé au niveau de celle-ci, la dépasser et continuer à suivre le sentier qui mène très rapidement au pied de la voie facilement repérable grâce à la présence de spits (compter 40 minutes d'approche au total).     
Retour : du sommet de la voie, 2 possibilités :
- suivre l'arête E puis très vite emprunter au niveau d'un col un raide couloir sur la droite qui permet de rejoindre rapidement le sentier d'approche (1 h 00 jusqu'à la voiture)
- suivre l'arête E jusqu'au sommet de la Peña Ezkaurre (III maximum avec un rappel de 25 m) puis descendre par la voie normale.

Description de l'itinéraire : la première partie de l'itinéraire est très évidente et rejoint l'arête E en 4 longueurs. L'escalade, très belle et soutenue dans le 6a, se déroule sur un excellent rocher et l'ensemble est très raide. Une fois celle-ci atteinte, il faut traverser à droite d'une soixantaine de mètres (présence de quelques cairns) afin de rejoindre l'axe d'un éperon parallèle à l'arête E que l'on remonte jusqu'en haut. Dans cette seconde partie, l'itinéraire est peu soutenu et plusieurs cheminements semblent possibles.  

Nicolas et Stéphane.  


Topo de la première partie de l'itinéraire

Topo de la seconde partie.

Le tracé de la voie et l'itinéraire emprunté à la descente.

Au pied de la voie.

Nicolas en tête dans L1 en V+.

Début de L2 en 6a.

Dans L2, Nicolas à la sortie de l'off wild.

Nicolas arrive à R2.

En action dans L3 en 6a.
Dans le haut de L3
Dans L4 en 6b.
Dans la seconde partie de l'itinéraire, une très belle dalle.
Relais pour Nicolas.

Dans le haut de la voie.
Au sommet de la voie, sur l'arête E.

Le couloir de descente.




Pena Ezkaurre - Estel

jeudi 28 septembre 2017

Tozal Del Mallo, Voie Ravier

390m / 6a+ / (ta) / 9 longueurs

Materiel : Cordes de 50m, un jeu de coinceurs et un jeu de friends, pas mal de pitons sont en place.
Durée : On a complètement oublié de regarder l'heure, mais je dirais 6h d'escalade, plus 3h de marche aller-retour (descente à pied).
Exposition : Sud/sud-ouest, on a le soleil à partir de 10h en Septembre.

Description de la course :

    Après une bonne période sans sortie montagne, c'est avec plaisir que je rejoins Renaud pour une virée pyrénéenne. Objectif, la voie Ravier au Tozal del Mallo, ticket d'entrée à Ordesa…
Réveillés à la fraiche par les gardes du parc qui nous verbalisent pour avoir passé la nuit sur le parking, cela n'entache pas notre bonne humeur d'être là ! Nous engageons la marche en remontant la route d'accès au parking sur 1 ou 2 km environ jusqu'à rejoindre le sentier indiqué du Tozal, ensuite  l'approche est évidente.

L1 : Nous remontons le "socle" sans s'encorder sur 70m environ, jusqu'à un relais sanglé.
L2 : Je remonte une cheminée et rate la sortie "officielle", j'improvise un relais sur une vire. Renaud me rejoint, analyse du topo, nous rejoignons le bon relais pitonné 20m à droite de cette même vire. Tricotage et sac de nouilles..
L3 : L'itinéraire est évident, Renaud se fait plaisir sur du très beau caillou jusqu'à un relais surplombant situé sous la cheminée, passage clé de la voie (visible depuis le bas).
L4 : Je pars dans cette cheminée, le sac à dos me gène pour les oppositions, le caillou est très patiné, la difficulté trop élevée pour moi, tant pis je passe en artif à l'aide des pitons déjà en place (prévoir sangles pour les pédales). Physique mais ça passe ! Le relais pitonné est à droite en sortie de cheminée.
L5 : Renaud engage dans le léger dévers traversant, pof et pitons tracent la voie… Cris de joie, la belle escalade est au rendez vous ! Au lieu des 30m annoncés, il trouvera son relais 50m plus haut. Premiers doutes sur le topo…
L6 : On ne sait pas trop où on est, tant pis la piste est toujours autant tracée, j'y vais. 50 m de superbe escalade en léger dévers à gros bacs, suivre les pitons jusqu'à un "réta", un bon piton en place, je consolide pour un relais très.. aérien !
L7 : On abandonne définitivement le topo.. Un bon piton à droite pour rejoindre le dièdre, Renaud enjambe, se place en opposition et.. "Wahou ! Tout ce gaz sous mes pieds !!" On doit être dans la cheminée aérienne signalée sur le topo.. Longueur magnifique, la fin de la cheminée est encore plus aérienne, grosse ambiance ! 50 m pour rejoindre le sommet. Chapeau Renaud, là il fallait tout de même engager un peu !

    La voie dans son ensemble suit un itinéraire évident, elle louvoie autour d'une grande cheminée remontant toute la paroi. Peut être que nous sommes passés trop à gauche de la fissure, tant pis ça valait le coup. Elle est tellement parcourue, qu'il y a de la pof et des pitons un peu partout, ce qui n'enlève rien à l'hystérique de celle ci ! Les relais sont globalement pitonnés et souvent reliés, merci aux guides et équipeurs pour ce travail qui profite à tout le monde. Et merci à l'équipe d'ouvreur, composé de N. Blotti, C. Dufourmantelle, C. Jaccoux, M. Kahn et J. Ravier.

    Joach,



Le Tozal Del Mallo
L1, tranquillou..
L2, ça commence à grimper
Sac de nouilles entre deux relais
L3, ça devient intéressant..
Le relais sous la cheminée

L4, on fait comme on peut..

R4, heureux le type
La vue est pas vilaine
L5, Renaud assure

L6, l'escalade est toujours belle
R6, grosse ambiance !
R6, heureux d'être là
L7, une dernière longueur très...

… aérienne !