vendredi 11 septembre 2020

Rhamnus : une nouvelle voie au Billare

 

265m / 6b (V+ obl.) / (e)

Accès, approche et matériel : voir topo.

Ivan.

Après avoir ouvert "30 ans déjà", nous avions remarqué avec Stéphane la possibilité d'ouvrir une ligne plus à gauche, futur itinéraire promettant de belles sections et surtout promettant d'être plus abordable. J'y suis parti un après-midi de fin août en reconnaissance, reconnaissance qui se transforma en véritable début d'ouverture tant les conditions étaient bonnes et l'escalade agréable. Il faut dire que j'ai pu grimper tout l'après-midi à l'ombre, le soleil épargnant la face Est dès 15h00. Deux longueurs et demi réalisées d'une voie confirmant les belles promesses, sans dépasser le 6a. Je n'allais pas plus loin, une panne de batterie venant quelque peu contrarier cette belle envolée. Heureusement, mon ami "Jéjé", le "jaunisseur" de 7b (voir article 30 ans déjà : Mise à jour définitive), allait pouvoir venir à mon secours le soir même avec du matériel. En effet, j'avais prévu de dormir sur le plateau de Sanchèse afin de poursuivre l'aventure dès le lendemain. Sans batterie, c'était compromis, le perfo étant indispensable pour franchir les nombreuses dalles de ce beau bastion.
Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas... Le lendemain je démarrais tôt, très motivé, mais le soleil écrasant sans un souffle de vent, sans même une petite brise, allait avoir raison de mes prétentions. Les pieds en feu, la gomme des chaussons glissant sur les dalles rapidement chaudes, je buvais déjà la fin de mes deux litres d'eau lorsque je terminais à peine une demi-longueur supplémentaire. Il était 14h00 lorsque je décidais de redescendre, n'ayant pas le courage d'attendre une heure de plus que le soleil se cache. De toutes manières je n'avais plus d'eau.
Début septembre, je décidais de mettre toutes les chances de mon côté pour terminer cette voie. Je remontais un vendredi après-midi pour équiper de cordes fixes les 3 longueurs réalisées mais aussi pour monter un maximum de matériel au relais R3 (marteau, goujons, pitons, coinceurs...). L'idée était de revenir "léger" le lundi suivant, de rapidement remonter les cordes fixes en en récupérant deux au passage pour poursuivre la voie.

Lundi 7 septembre : le "grand" jour !

La journée s'annonçait radieuse avec une météo parfaite pour ce genre d'entreprise... Et la journée fut parfaite ! Ce fut l'un de ces jours où tout roule et déroule. L'un de ces jours où l'on se sent bien, tout simplement. La voie fut terminée ce jour-là et aurait pu s’appeler "beautiful day" si j'avais tout réalisé ce même jour. Ce fut la première idée. Mais la longueur 6 allait me réserver une belle surprise : un très beau mur à franchir, un peu plus difficile que le reste de la voie et qui semblait très végétatif. L'escalade s'est avérée magnifique; la roche étant ornée d'un très beau nerprun nain qui ne gêne en rien l'escalade, et que l'on ne gêne pas nous-même non plus. Au-dessus, une fissure cachait une autre difficulté du même niveau, ce qui en fait une longueur homogène et vraiment très belle. C'est la longueur "clé".
Ce nerprun nain semblait être là comme pour tatouer la voie et lui donner son identité (les tatouages sont terriblement à la mode ces temps-ci). Je lui ai préféré son nom latin pris de moitié car il se nomme réellement Rhamnus Pumila.

Voilà pour la petite histoire de cette voie. Je vous livre maintenant le topo et quelques photos !






Le Billare dans une belle ambiance

Départ de la voie

Longueur 3, très belle !

La longueur 6 avec son Nurprun nain


L'avant-dernier bombé

La fin de la voie





Ambiance depuis la voie


Aucun commentaire:

Publier un commentaire